5 réflexions au sujet de « Marathon du Mont Blanc 2016 »

  1. Slt
    J’ai lu attentivement ton récit c’est vraiment chouette … Au travers de tes lignes j’avais l’impression de souffrir en même temps que toi!
    Tu as fais quoi comme prepa ?
    J’ai un niveau à peu près similaire au tiens j’ai fait 3h53 en avril dernier au marathon de Nantes et j’aimerai bien me lancer sur le marathon du MB tu penses qu’avec ma faible expérience ( Je n’ai couru qu’une course de ma vie ma marathon de Nantes ) c’est jouable ?
    En tout cas je voulais vraiment te féliciter pour ton super récit et surtout pour l’exploit que tu as accompli bravo 😉

  2. Bonjour,
    Avec des amis on a fait ce marathon, je l’ai fait en 9h16. Très beau résumé qui m’ a permis de revivre une seconde fois ce dur parcours.

    Bonne continuation en course
    Olivier Fleury

  3. Salut,
    J’ai lu ton récit particulièrement détaillé. Cela m’a permis de « retourner » le temps d’une lecture sur l’épreuve à laquelle j’ai également participé.
    Si l’envie te prend d’en faire d’autres, je te conseille vivement de laisser de côté hydrixir, maltodextrine, gels et autre cochonnerie. Bien évidement, il faut absolument s’alimenter et boire régulièrement pendant la course, mais cela passe par des éléments sains et dont tu maîtrises à la fois les quantités et la provenance des ingrédients.
    Il faut absolument se connaître pour préparer tout ce dont tu as besoin pour finir une course dans un bon état de fraîcheur. Cela passe par de nombreux tests (comme pour le matériel!). Cela n’a l’air de rien et c’est certainement une partie de la prépa qu’on laisse de côté, mais c’est essentiel: tu ne mettrais pas n’importe quoi dans ta voiture pour la faire rouler… ton corps, c’est pareil 😉 Je ne serais pas étonné que toutes les nausées dont tu parles ne soient pas étrangères à ces produits, je t’en parle par expérience! En effet, tu peux t’arrêter pour reprendre ton souffle ou récupérer d’une crampe. Mais des troubles gastriques, des nausées et cie, tu sais rien faire! Soit tu prends sur toi et t’avance dans la douleur (ce qui peut être dangereux), soit tu abandonnes…
    Bravo encore pour ta course et je te souhaite plein de bonnes choses pour les prochaines!

  4. Bravo,Pierre,
    Un excellent souvenir pour toi malgréla galère dans la préparation.
    Vendéen d’ origine et Nantais maintenant, j’ai fait ce marathon 3 fois, 2 en v3 et 1 en V4.Avec l’âge,rien ne s’ arrange.
    La fin de ce marathon est dure, en particulier les sentiers (trop) accidentés du Béchar empruntés après de nombreuses heures d’ effort! Et les aiguilles de la montre qui trottent alors que les kilomètres ne défilent plus…
    Beaucoup de bonheur pour les futurs trails…

Répondre à Olivier Fleury Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *